La cuisine en cyclo-rando avec bébé

3 mars 2017 - Cyclo rando, Portraits de famille, Tests matériel

La tribu d’Enjolivélo partage avec nous son expérience de la cuisine en cyclo-rando avec un bébé.

Un voyage plein de saveurs, en toute simplicité, alors vos marques, prêts….mangez !

 

En voyage à vélo, la cuisine se résume souvent au minimum vital. Fort.e.s de notre expérience d’un an à vagabonder à travers l’Europe à cuisiner avec un réchaud, et avec une bébé dans les jambes de surcroît, nous vous livrons quelques conseils pour vous en sortir indemne. Et en bonus, on vous partage l’une de nos recettes préférées !

 

⇒ Comment gérer les bébés ?

 

Dès que vous voyez un parc à jeux, arrêtez-vous, c’est l’occasion de prendre une pause. Les parcs sont souvent entourés de grillage. Cela a l’avantage d’empêcher votre bambin de ramper/marcher à 4 pattes/ marcher/courir parmi les voitures ! Pendant que votre enfant découvre les joies de monter une échelle puis de glisser, ou d’observer les autres faire, ou d’explorer les textures d’une balançoire ou d’un branche d’arbre, vous pourrez la ou le surveiller d’un œil tout en ayant un autre œil sur la cuisson de votre prochain repas.

Lorsque vous n’avez pas de parcs à portée de pédale, privilégiez les endroits plats, si possible avec de l’herbe et loins des voitures. Un.e adulte s’occupera de l’enfant (ou des enfants) pendant que l’autre cuisine. Bientôt, les bébés souhaiteront aider (vous imiter) à la cuisine. Donnez-leur quelque chose à grignoter ou à faire pendant que vous coupez les légumes, et vous capterez toute leur attention !

 

⇒ Quel matériel emporter ?

 

Pour faire une histoire courte, en cyclotourisme, nous cherchons à traîner le moins de matériel possible, mais également le plus durable et le plus multi-usages possible. Bien sûr, ce conseil est valable pour tous les types de voyages !

Un réchaud, une ou deux popotes, un bol-assiette par personne, une cuillère, une fourchette, un couteau coupant, une spatule, un thermos, quelques contenants en plastique, et voilà. Le reste, c’est au choix, selon les besoins de votre famille. Mais il ne faut pas oublier que lorsque l’on part sans voiture… l’espace disponible et le poids deviennent vite déterminants !

 

⇒ Quels ingrédients ?

 

Étant véganes, nous n’allons pas vous recommander de trimballer du saucisson ou des boîtes de thon. Vous vous sentez concerné.e.s par la souffrance (évitable) des animaux ? Ou êtes-vous simplement curieux.ses de savoir comment font des véganes pour transporter jusqu’à 65 kg de stock sur des milliers de kilomètres tout en escaladant des voies jusque dans le 8b ? Voici quelques incontournables que nous avons presque toujours dans nos sacoches :

– Des épices : Évidemment. Léger, goûteux, peu coûteux, ça révolutionne les plus banales pâtes à l’huile.

– Du tamari et/ou du vinaigre de cidre : Même si ça dégouline partout, c’est tellement bon qu’on en a toujours. Nous rangeons les bouteilles dans un sac hermétique prévu à cet effet.

– De l’huile d’olive : Des calories vides pour pédaler plus vite, youpidou !

– Des pâtes, du couscous, de l’avoine en flocons, des galettes de riz, du sarrasin, du pain, etc : Des céréales qui cuisent vite, c’est bien pratique !

– De la farine de pois chiches, des lentilles, des légumineuses préparées, du tofu, du tempeh : Ça, on en mange à la tonne, et notre fille en raffole. On ouvre une boîte de conserve de pois chiches. On se retourne. Et oups ! Cette coquine en a déjà mangé la moitié…

– Du chocolat : Préférablement noir, bio et équitable. Le chocolat, il n’y a pas mieux quand nos petits cÅ“urs sont gris. Quand il pleut. Quand il fait froid. Quand bébé pleure. Etc.

– Des noix, graines, fruits séchés : Avec des crudités, cela en fait un super carburant pour nous aider à tenir le rythme de la journée.

– Des fruits et légumes qui se transportent bien : Camping ou pas camping, les légumes et les fruits, c’est la vie !

– De la vitamine B12, 2500 mcg par semaine : C’est le seul nutriment essentiel qui ne se trouve pas dans les plantes, ce serait fou de s’en passer !

Ce en quoi le vélo est trop génial par rapport à la marche, c’est qu’il permet de transporter jusqu’à plusieurs jours de nourriture sans l’ombre d’un mal de dos (En revanche, pour les maux de fesses, on repassera…). Les sacoches ainsi que la remorque de notre petite fille (avec un grand coffre) nous permettent presque toutes les folies.

 

⇒ Comment organiser ses bagages ?

 

Il y a toutes sortes de cyclotouristes. Des V.A.E. (vélo à assistance électrique) avec carte bleue qui dorment à l’hôtel aux VTT qui retournent à la civilisation aux 10 jours pour se ravitailler, tout est possible. Certain.e.s préfèrent faire les courses tous les jours pour limiter le poids. Mais si comme nous, vous souhaitez avoir un minimum d’autonomie et poser votre tente là où ça respire l’air pur, nous croyons qu’il vaut mieux transporter avec soi quelques jours de nourriture. En prenant également compte de la densité des épiceries à proximité et des dimanches.

 

Quelques trucs en vrac :

 

– Séparer les aliments « dangereux » (en termes de dégâts) des aliments « sécuritaires ». Utiliser des sacs en plastique, réutiliser des pots hermétiques légers et incassables pour tout ce qui peut couler.

– Avoir un contenant en plastique d’au moins 5 L, pour transporter des fruits et légumes plutôt fragiles (et dégoulinants) : tomates, poires mûres, pêches, petits fruits…

– Toujours avoir des collations prêtes (surtout avec des enfants!) : un contenant rapidement accessible avec des crudités, des noix, des graines, des fruits séchés, du chocolat. Bien sûr, avec les tous petits, on évitera ou pré-mâchera les noix et les graines…

– Toujours manger le plus périssable en premier, et donc le ranger le moins loin dans les bagages : les feuilles vertes, les légumes et fruits abîmés par le transport, les houmous, pâtés végétaux, etc.

 

⇒ Comment faire un repas vite fait bien fait ?

 

Un repas complet doit comporter pleins de légumes, et une source de légumineuse. Tout le reste est secondaire. Comprendre : ajouter ce qu’on aime, des céréales, des noix, des algues, de l’huile, de la pizza (végétale), des frites. Tant qu’il y a des légumes et une source de légumineuse, on a ce qu’il faut pour continuer.

 

La plupart des réchauds faisant une flamme très concentrée au milieu, le plus facile est de cuisiner à l’eau (pas comme notre recette ci-bas). Nous vous conseillons donc de privilégier les pâtes aux sautés de légumes. Pour éviter de perdre les vitamines qui se diffusent dans l’eau durant la cuisson, mieux vaut ne pas gaspiller l’eau de cuisson. Et donc, en général, privilégier les soupes aux légumes bouillis et égouttés. En camping, toutes les raisons sont bonnes d’économiser l’eau.

 

Pour le reste, vos habitudes et vos expériences vous seront plus utiles que tout ce que vous pourrez lire avant de partir. Amusez-vous, et profitez bien de vos ballades en famille !

 

Au cas où l’appellation légumineuse vous fasse froncer les sourcils : une légumineuse est une plante dont le fruit est une gousse. Cela inclut : le soja, donc le tofu et le tempeh, les boissons de soja, les lentilles, de toutes les couleurs, les haricots rouges, blancs, noirs, les pois, dont les pois chiches, les pois jaunes, les pois verts, les fèves limas, les arachides, la luzerne, le lupin, etc.

Les légumineuses sont les meilleures sources de protéines connues : complètes, sans cholestérol, sans gras trans, et fournissant énormément de minéraux essentiels, dont le fer, le calcium, le magnésium, l’acide folique, etc.

Repas-de-chef-etoile

⇒ Recette d’œufs brouillés…sans Å“ufs !

 

Cette recette est, de loin, la préférée d’Isis en camping sauvage. C’est sa « découverte culinaire de l’année ». Peu coûteuse, délicieuse, modifiable de mille et une manières, rapide, elle a tout pour elle !

 

Pour ne pas vous faire de mauvaise surprise, on doit vous prévenir, cette recette est difficile à réussir dans une caserole qui n’a pas de revêtement anti-adhésif. D’ailleurs, il nous a fallu attendre d’avoir notre super réchaud Power Stove Primus, gracieusement offert par Tribu Outdoor, pour pouvoir la concocter. Auparavant, nous ne pouvions pas cuisiner à l’huile sans tout faire cramer. Nous vous conseillons donc de partir avec au moins une popote anti-adhésive dans vos bagages, ne serait-ce que pour cette recette ! 🙂

IMG_9219

IMG_8289

Ingrédients :

 

1 oignon moyen

5 champignons moyens

1 tomate

90g de farine de pois chiches (environ)

1/2 c. à thé de sel

1 c. à thé poivre noir

1 c. à thé de curcuma

1 c. à soupe de vinaigre de cidre ou de jus de citron

1 c. à soupe d’huile d’olive

250mL d’eau

 

Couper les légumes finement. Faire revenir dans de l’huile d’olive et réserver. Ajouter la farine de pois chiches, les épices, et un peu d’eau. Mélanger, puis ajouter de nouveau un peu d’eau. Mélanger, et ajouter le restant d’eau. Et mélanger de nouveau ! L’ajout de l’eau en plusieurs fois évite de créer des grumeaux de farine.

L’idée est d’arriver à sorte de mixture jaune un peu plus liquide qu’un liquide à crêpes (ne vous inquiétez pas, ce sera bientôt délicieux et beaucoup plus appétissant !). Remettre sur le feu, et faire revenir à feu moyen en remuant constamment, jusqu’à ce que la texture ressemble à des œufs brouillés.

Déguster avec du bon pain, ou dans des tortillas, avec des tomates, de la laitue et des olives, par exemple.

sdr

En fait, quand nous disons que nous pouvons cuisiner cette recette de mille et une manières, c’est qu’il ne faut pas avoir peur de la modifier. On peut changer les légumes et les épices, ajouter de la crème de soja, du fromage végétal, etc. C’est aussi délicieux avec des pommes de terre, des olives, des brocolis, poireaux, chou kale, épinards, maïs en grain, poivrons rouges, etc. Avec des saucisses végétaliennes aussi. Un coup qu’on a l’œil, il s’agit juste d’innover un peu !

Noter que la farine de pois chiches fait aussi d’excellents houmous (pas mal moins long que de faire tremper et cuire des pois chiches entiers, moins lourd et un peu plus écolo que d’acheter des boîtes de conserves de pois chiches préparés.) Et surtout, quand vous avez accès à un four, elle remplace la farine de blé avec brio pour vos ami.e.s qui souhaitent ou doivent manger sans gluten. Cela fait des brownies et gâteaux incroyables !

 

Cr̩dits photos : Enjoliv̩lo / Tribu Outdoor Рtous droits r̩serv̩s.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les dernières actus !